l’actualité

Mai en st julien…,
Dans le calendrier de la vigne, le mois de Mai est consacré à l'ébourgeonnage et à la feuillaison. C’est l’éveil des sens que l’on retrouve particulièrement avec les vins de Saint Julien, appellation répartie sur les communes de Saint-Julien Beychevelle, Cussac-Fort-Médoc et Saint-Laurent. Cette appellation communale bénéficie au sein du vignoble médocain d’un double terroir, au sud en proximité de Margaux pour des vins tout en souplesse et au nord proche de Pauillac pour des vins plus puissants.

920 hectares de croupes graveleuses et argilo-calcaires, perpendiculaires à l’estuaire de la Gironde et renforcés par un climat océanique, donnent une production annuelle moyenne de 42000 hl. L’AOC Saint-Julien est la plus petite parmi les 8 appellations du vignoble médocain, tout en étant la plus dense en Grands Crus Classés, avec ses 11 châteaux classés en 1855 parmi les 60 présents en MEDOC. Parmi eux, les trois Léoville (Las Cases, Barton et Poyferré), formaient jusqu’à la révolution française un des plus vastes domaines et des plus anciens crus, s'étendant de Beychevelle à Latour, avant d’être divisé en trois parties entre 1826 et 1840.

Les vins de Saint-Julien présentent une robe rubis profond et sombre. Au nez, le bouquet est fin, complexe et très délicat, évoluant sur des notes de fruits rouges et noirs, myrtille et mûre notamment. Au deuxième nez, apparaissent des fragrances de pruneau et des arômes d’élevage, cacao, pain grillé, café, … En bouche, l’attaque est franche et souple, la matière est dense et s’étale lentement, la texture est veloutée et délicate pour une finale toujours magistrale.

Maitrise et élégance font l'identité reconnaissable des vins de Saint-Julien que les Comptoirs du Médòc célèbrent au mois de Mai avec en plat signature, le Porcelet Noir de Gascogne braisé à l’aigre doux.

Voyager n'est pas visiter mais habiter la terre.

Habiter, non pas seulement 'quelque part’,

mais habiter la terre elle-même, devenir-Terre.

Etre montagne, être fleuve, apprendre de ses brouillards, de ses éclairs,

se sentir chemin, vague, sable et herbes, oiseau des airs,

être homme des bois, loup de mer, brigand des montagnes, et même, nomade des villes.

Homme-de-la-terre …

Georges Amar, Le Sens De La Terre